Si elle permet d’améliorer le référencement naturel, l’insertion de liens dans des articles ne devrait pas se faire au détriment des lecteurs.

Enrichissement SEO d’articles de blogue: attention aux liens | 37e AVENUE

Si elle permet d’améliorer le référencement naturel, l’insertion de liens dans des articles ne devrait pas se faire au détriment des lecteurs.

Une des bonnes pratiques du référencement naturel est d’inclure des liens stratégiques dans ses textes :

  • des liens internes, vers d’autres pages du blogue ou du site de l’organisation, pour favoriser le référencement de ces pages en plus d’y amener directement du trafic interne; et
  • des liens externes vers des sources crédibles, pour augmenter l’autorité de la page et du site.

L’insertion des liens est un des éléments pour lesquels les éditeurs de texte doivent exercer leur jugement en tenant compte de deux points de vue qui ne les amènent pas toujours dans la même direction : celui du référencement organique d’une part, et celui du lecteur d’autre part. Voici deux tentations qui, parfois, répondent à des objectifs de SEO mais risquent fort d’ennuyer les lecteurs.

1. Les ancres de lien trompeuses

On cherche habituellement, dans une page d’un site, à favoriser une autre page qui traite un sujet en créant, dans la page d’origine, un lien dont l’ancre (le texte à partir duquel le lien est fait) utilise exactement l’expression de recherche qu’on veut favoriser pour la page de destination.

C’est parfaitement justifié si la page de destination est véritablement une excellente de page de contenu pour l’expression de recherche.

Mais si, objectivement, le contenu de votre page de destination n’est pas le meilleur du web (ou, au moins, du web de votre région géographique), vous savez que vous mentez un peu à votre lecteur en l’orientant vers une ressource qui n’est pas optimale pour lui.

Pour conserver la confiance de votre lecteur, vous pourriez rédiger l’ancre de votre lien d’une façon un peu moins générique, mais qui reflète plus fidèlement le contenu de la page de destination.

Exemple:

  • Vous louez des chalets, notamment à Sainte-Adèle.
  • Votre page de destination présente les chalets que vous louez à Sainte-Adèle.
  • Dans un article sur votre blogue, vous êtes tenté de faire un lien à partir de: «les meilleurs chalets à louer à Sainte-Adèle».
  • Une ancre plus fidèle – et plus respectueuse du discernement du lecteur – serait: «nos chalets à louers à Sainte-Adèle».

La différence est subtile, mais le résultat est plus honnête.

2. Le trop grand nombre de liens dans un texte

Soyez économe en liens. Dans un texte suivi, les liens doivent demeurer rares et ce pour deux raisons:

La gêne visuelle – Le design d’un site distingue toujours les liens du texte normal pour signaler l’existence d’un lien au lecteur. Qu’il s’agisse d’un soulignement ou de l’utilisation d’une autre couleur que le texte normal, ce changement typographique dans le texte est un irritant pour le lecteur. Il ralentit sa lecture en interrompant le flux de son engagement mental (« Qu’est-ce que ce lien ? Devrais-je cliquer ? »). Il constitue donc un obstacle à la compréhension de votre information et à la bonne communication de votre message.

Le risque de clic accidentel – Sur mobile, il est encore très fréquent de taper par erreur sur un lien qui ouvre une autre page alors qu’on voulait simplement faire défiler la page sur laquelle on se trouvait. Ce problème survient d’autant plus fréquemment que le design des pages rend les liens discrets. Les secondes perdues avec l’ouverture involontaire d’une nouvelle page web font rager l’usager (encore plus si, dans son énervement, une mauvaise manipulation le fait taper au mauvais endroit sur l’écran en voulant revenir vers la page précédente et le fait revenir davantage en amont dans sa navigation).

Mieux vaut donc être sélectif dans les liens qu’on insère dans un texte.

Pour l’insertion d’un lien d’appel à une action commerciale, une bonne pratique est de lui faire effectivement suivre le texte, dans un paragraphe à part, légèrement séparé de l’article par un petit espace, une ligne horizontale fine ou légère, ou en appliquant une petite différence typographique par rapport au texte normal (par exemple, en plaçant le texte de l’appel à l’action en italiques). Le lecteur est ainsi averti subtilement que le texte est fini, et qu’on lui propose une action en découlant.

 

Les exigences du SEO s’imposent à juste titre pour amener votre auditoire cible vers votre blogue. Mais elles ne doivent pas faire oublier le souci de bien servir les lecteurs qui ont suffisamment cru la promesse du titre de votre article pour cliquer dessus, et ont ainsi pris le risque de vous consacrer leur attention.

Patrick Pierra
par associé et vice-président, affaires et stratégies

Le Blogue du marketing de contenu

Mieux comprendre le marketing de contenu

Le premier chapitre du Guide du marketing de contenu

Pourquoi le marketing de contenu est-il en train de s’imposer? Lisez gratuitement le premier chapitre du guide.

Stratégie de contenu: l’essentiel en 30 minutes

Pour bien entamer la réflexion stratégique pour votre organisation - par les auteurs du Guide du marketing de contenu.

Blogue du marketing de contenu